mastication pour allier minceur et santé

Mastiquez : c’est bon pour la santé !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 Si votre mère vous a toujours dit (et vous dit encore) de prendre le temps de mastiquer lorsque vous mangez, ce n’est pas pour rien. Prendre le temps de mastiquer, c’est penser à sa santé, de la digestion à la satiété, en passant par la dentition. Explications.

La mastication pour allier minceur et santé !

Pour la digestion

Prendre le temps de bien mastiquer est essentiel à la digestion, c’est même la première étape. Elle consiste à réduire les aliments en petits morceaux, une « trituration » des aliments entre les molaires grâce au mouvement des mâchoires, de la langue et des joues. La mastication est amplifiée par la salive (plus exactement son enzyme : l’amylase) qui ramollit le bol alimentaire. Une fois mastiqué, le bol alimentaire glisse vers le pharynx, l’œsophage puis l’estomac. Si le bol alimentaire a été suffisamment mastiqué, a priori pas de problème. Or, si de trop gros morceaux sont avalés faute d’une mastication suffisante, la digestion va demander davantage de travail. Plus de suc gastrique sera donc nécessaire pour dégrader le reste du bol alimentaire. Or, le suc gastrique est particulièrement acide et favorise douleurs ainsi que brûlures digestives (sans parler des remontées acides…). De plus, une mastication insuffisante va limiter la prédigestion de l’amidon, ce dernier étant donc totalement assimilé. L’amidon parvient intact jusqu’au gros intestin où il y est fermenté, favorisant gaz et ballonnements.

Pour la satiété

Plus la mastication va continuer, davantage la prise alimentaire sera étendue, laissant le temps à la satiété de s’installer. La satiété, soit le fait de ne plus avoir faim, met 15 à 20 minutes à pointer le bout de son nez après les premières mastications, notamment par l’action de l’histamine, neurotransmetteur envoyant le message « arrête de manger, je suis rassasié ». Or, avaler tel Gargantua un repas augmente les quantités avalées dans un laps de temps court quand une mastication suffisante ralentit le rythme des quantités ingérées. En mastiquant suffisamment, la satiété intervient donc avec un total de calories plus limité. Une étude menée par l’INRA va d’ailleurs dans ce sens : Marie-Agnès Peyron (de l’Unité de Nutrition humaine de l’université d’Auvergne) a fait appel à des volontaires pour mâcher plus ou moins longtemps certains aliments avant de les recracher. Or, malgré un nombre de calories ingérées nul, les volontaires ont tous eu l’impression de « ne plus avoir faim », d’où l’importance de la mastication.

Et en plus… pour la dentition

C’est en bonus, outre les bénéfices de la mastication sur la digestion et sur la satiété, elle aurait aussi un impact favorable sur… notre dentition ! En effet, les aliments nécessitant une activité musculaire masticatoire conséquente préviendraient les caries grâce à la production de salive. Cette dernière nettoie et élimine la plaque dentaire tout en renforçant l’émail par son action antiacide. Mais quels aliments nécessitant une forte activité de mastication ? Les légumes crus, les fruits, les céréales non raffinées, les fruits de mer, les pâtes al dente

Sur le même sujet :
Comment initier la perte de poids en écoutant ses sensations alimentaires ?
Comment nos hormones influencent-elles les prises alimentaires ?

Experts en santé et nutrition depuis plus de 10 ans

Nos services sont remboursés par votre mutuelle

Confidentialité totale de vos données de santé

94% de nos clients ont atteint leur objectif

Paiement sécuriséPaiement sécurisé

Tous les droits sont réservés wecookwecare.com ©