Exclusion des glucides : une mauvaise idée !

Exclusion des glucides : une mauvaise idée !

Les régimes appauvris en glucides font de nombreux adeptes et ce depuis plusieurs années. Le régime cétogène par exemple limite les apports glucidiques à 50 grammes par jour. Mais il existe aussi des régimes avec totale exclusion des glucides. Or, ce n’est absolument pas nécessaire ni recommandé. Explications.

Exclusion des glucides : quels risques pour la santé ?

À court terme, les régimes à faible teneur en glucides ont montré leur efficacité pour perdre du poids mais également pour diminuer la glycémie (taux de sucre dans le sang). Mais à long terme, le retrait total des glucides dans l’alimentation n’est pas sans conséquences sur l’organisme. D’ailleurs, selon Cynthia Sass pour le magazine Health, éliminer les glucides retire davantage d’aliments bénéfiques et protecteurs que n’importe quel autre régime alimentaire.

Risque de carences

Renoncer aux glucides signifie également renoncer aux nombreux micronutriments présents dans les aliments contenant des glucides : vitamines, minéraux, antioxydants mais aussi fibres, prébiotiques (qui servent de substrat à notre microbiote)… À long terme, ces nombreux déficits peuvent avoir un impact non négligeable sur le système immunitaire, la santé cognitive, le risque de maladies chroniques…

Transit altéré

Éviter les glucides, c’est aussi limiter les apports en fibres alimentaires. Les légumineuses, les fruits, les légumes ou les céréales complètes par exemple sont riches en glucides mais également en fibres. Or, les recommandations officielles tendent vers une consommation de 25 grammes de fibres chaque jour afin de veiller à conserver un système digestif en bonne santé. Les fibres favorisent en effet le transit intestinal et préviennent la constipation. Certaines fibres servent en outre de nourriture à nos bactéries intestinales, pour un microbiote en pleine forme.

Incidences au quotidien

Un régime alimentaire avec peu voire par d’apports glucidiques va également favoriser les sensations désagréables liées à l’hypoglycémie (taux de sucre dans le sang) : étourdissements, malaises, maux de tête, fatigue, sueurs, tremblements, palpitations… Et c’est normal : les glucides constituent en quelque sorte notre carburant quotidien.

Isolement social

Un régime avec exclusion des glucides, ou de tout autre famille de nutriments, complique inéluctablement le quotidien. Les repas doivent être pensés et anticipés pour ne laisser aucune place à la spontanéité. L’alimentation dite sociale est dès lors impossible à gérer et les repas en famille ou entre amis compliqués. Cet isolement peut, à terme, mener à des troubles nerveux voire à des troubles alimentaires. Donc, on n’oublie pas : on peut perdre du poids en mangeant de tout et en quantités raisonnables.

Bien choisir ses sources de glucides

Rappelons que les glucides font partie des macronutriments indispensables à notre organisme, au même titre que les protéines et les lipides. Une alimentation équilibrée, c’est consommer des glucides à hauteur de 50% des apports journaliers. Il y a glucides et glucides. Ceux qui font partie intégrante d’une alimentation équilibrée et ceux qui ne nous apportent pas grand chose de bon. Il faut donc privilégier la qualité.

Aussi, si vous tenez à limiter certains glucides, évitez le sucre ordinaire, les sodas et jus de fruits, les produits ultra-transformés, les céréales raffinées (pain blanc, pâtes, riz blanc…). En effet, ces dernières n’ont que de bienfaits, car le raffinage des céréales consiste à retirer l’enveloppe du grain et donc à appauvrir la teneur en nutriments des céréales. Pour bien choisir ses sources de glucides, c’est simple. Favorisez les fruits et légumes (bien évidemment), les légumineuses, les céréales complètes ou semi-complètes.

Sur le même sujet :
Les fibres alimentaires : un atout pour la perte de poids ?
Faut-il renoncer au dessert en cas de régime ?


Contenu relu et validé par une diététicienne WeCook WeCare.