Grossesse et anémie : quels sont les risques pour le bébé ?

Votre test de grossesse est positif, bébé va bientôt arriver. Toutes nos félicitations ! Mais avant de parler layette et liste de naissance, vous devez avant tout prendre soin de vous. Quelle alimentation adopter quand on est enceinte ? Quels aliments manger pour donner le meilleur au fœtus ? Car la santé de bébé se joue dès la première semaine, nous allons le voir ensemble ! Or une étude suédoise vient de démontrer la relation entre anémie… et autisme. Grossesse et anémie ne font pas bon ménage !

Wecook Wecare vous dit tout sur cette découverte et vous accompagne pendant votre grossesse.

L’anémie, une carence touchant davantage les femmes

L’anémie ou anémie ferriprive, est une carence en fer dans l’organisme. L’anémie est en réalité la diminution de globules rouges dans le sang, ou de leur teneur en hémoglobine. L’hémoglobine, pour vous, ça évoque Dracula ? Vous ne croyez pas si bien dire… Le sang c’est la vie, car le fer se lie au pigment « hème » de l’hémoglobine apportant l’oxygène aux cellules du corps. Et l’oxygène est l’aliment principal des cellules leur permettant de produire de l’énergie et remplir leurs fonctions: se multiplier en début de grossesse et transporter le sang dans tous les organes

La carence en fer s’accompagne souvent d’une diminution des capacités physique et intellectuelles, une pâleur de la peau, un essoufflement dès le moindre effort physique, et/ou d’un système immunitaire affaibli face aux infections et aux bactéries. Or, les risques liés à une anémie pendant la grossesse sont multiples:

  • petit poids de naissance
  • voire mortalité du nouveau-né
  • autisme
  • troubles de l’attention/hyperactivité (TDAH)

Or, près de 30% de la population est en un manque de fer. Et les femmes sont d’autant plus touchées que leur cycle menstruel provoque une anémie chaque mois. Et les scientifiques de l’étude suédoise en question ont noté qu’environ 15 à 20% des femmes enceintes à travers le monde souffraient d’anémie.

Rien de grave… si vous prêtez attention aux symptômes de la carence en fer, et adoptez une alimentation spéciale femme enceinte pour combler votre carence en fer.

Grossesse et anémie : le rôle central de l’alimentation

Le problème des symptômes de l’anémie, c’est qu’ils sont légers au début : pâleur, mains ou pieds froids, ou encore un essoufflement. Qui fait attention à ces détails ? Or ce sont justement les premiers symptômes de la carence en fer qui doivent vous alerter.  Car, outre votre cycle menstruel, la carence en fer peut s’installer avant votre grossesse à cause précisément de votre alimentation. Par exemple, le fer contenu dans les aliments d’origine végétale, les œufs et les produits laitiers est en réalité peu biodisponible : cela signifie que seulement 5% du fer sera absorbé. De plus, le thé, le café, le vin, le jaune d’œuf ou le son diminuent l’absorption du fer. En revanche, la viande, les poissons, les fruits et les légumes riches en vitamine C, favoriseront l’assimilation du fer. En outre, le fer contenu dans le sang et les muscles de animaux sera absorbé à hauteur de 25%.

Vous comprendrez que si vous êtes enceinte et végétarienne, la question du fer, (et de la vitamine B12) est vitale pour la santé de bébé.

Grossesse et anémie : l’importance des 2 premiers semestres

C’est le Karolinska Intitute situé à Stockholm qui a fait cette découverte majeure. Après avoir suivi 532 232 enfants pendant la grossesse, ils ont pu établir un diagnostic direct entre l’anémie et le neuro-développement du fœtus.

La majorité des cas d’anémie est diagnostiquée en fin de grossesse, quand bébé puise dans les réserves de fer de la mère pour son propre développement. Or, la santé de bébé se joue dès les premières semaines du fœtus. L’anémie en début de grossesse augmente les risques de 44% d’autisme chez les enfants, en comparaison aux enfants dont les mères ne souffraient pas de carence en fer.

Les semaines précédant la conception, ainsi que les premiers et deuxièmes trimestres, sont des phases cruciales pour le développement du cerveau et du système neurologique du fœtus. L’anémie, qui fait son apparition au troisième trimestre de la grossesse, ne semble pas nuire au cerveau en développement.

Pourquoi ? Parce que ce sont pendant les deux premiers trimestres que le cerveau de bébé se développe : le fer est nécessaire pour la production des neurotransmetteurs et de la myéline, et le système immunitaire. Or, ce sont ces trois facteurs de développement neuronal qui montrent des défaillances dans le cas d’autisme. Par exemple, la myéline est la matière qui entoure les axones et permet un fonctionnement normal du cerveau.

Alors quelle solution pour vous assurer une bonne santé de bébé dès l’annonce de votre grossesse ? Les compléments alimentaires pour une cure de fer sont-ils la solution ? Pour celles qui n’aiment pas l’aspect cachet à prendre tous les jours, pour des raisons psychologiques ou pratiques, le mieux reste l’alimentation. Mais encore faut-il savoir quels aliments consommer pour remédier à l’anémie. L’apport nutritionnel recommandé par les médecins pour une femme entre 18 et 50 ans est en moyenne de 18mg par jour. Saviez-vous qu’en tant que femme enceinte, votre besoin est de 27mg ? Et ce besoin en fer augmente à partir du 6ème mois pour se situer entre 30 à 50mg par jour !

Le régime femme enceinte n’est pas tant un régime qu’un équilibrage alimentaire, demandant une vraie attention chaque jour pour doser chaque élément. Et vous l’avez vu, consommer un type d’aliment peut amoindrir l’absorption du fer.

Et contrairement à ce que vous croyez, les épinards ne sont pas la panacée pour les apports en fer, n’en déplaise à Popeye !

Pour en savoir plus sur les aliments qu’il vous faut pour apporter tout ce qu’il faut à votre enfant pendant votre grossesse, nous vous proposons un bilan complet de votre alimentation, vous conseillons, et vous aidons à prendre soin de bébé dès maintenant avec votre accompagnement personnalisé spécial grossesse.